Ces informations sont destinées aux professionnels de la santé

1. Nom du médicament

Abtard 5 mg, comprimés à libération prolongée

Abtard 10 mg, comprimés à libération prolongée

Abtard 15 mg, comprimés à libération prolongée

Abtard 20 mg comprimés à libération prolongée

Abtard 30 mg comprimés à libération prolongée

Abtard 40 mg comprimés à libération prolongée

Abtard 60 mg prolongé comprimés à libération prolongée

Abtard 80 mg, comprimés à libération prolongée

2. Composition qualitative et quantitative

Abtard Comprimés à libération prolongée de 5 mg:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 5 mg de chlorhydrate d'oxycodone correspondant à 4,5 mg d'oxycodone.

Abtard Comprimés à libération prolongée à 10 mg:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 10 mg de chlorhydrate d'oxycodone correspondant à 9 mg d'oxycodone. || 267

Abtard 15 mg de comprimés à libération prolongée:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 15 mg de chlorhydrate d'oxycodone correspondant à 13,5 mg d'oxycodone.

Abtard | 27 | 274 20 mg prolonged-release tablets:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 20 mg de chlorhydrate d'oxycodone correspondant à 18 mg d'oxycodone.

Abtard 30 mg de comprimés à libération prolongée:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 30 mg de chlorhydrate d'oxycodone correspondant à 27 mg d'oxycodone.

Abtard || 286 40 mg prolonged-release tablets:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 40 mg de chlorhydrate d'oxycodone correspondant à 36 mg d'oxycodone.

Abtard Comprimés à libération prolongée à 60 mg:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 60 mg de chlorhydrate d'oxycodone. correspondant à 54 mg d'oxycodone.

Abtard Comprimés à libération prolongée à 80 mg:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 80 mg de chlorhydrate d'oxycodone correspondant à 72 mg d'oxycodone.

Excipient à effet notoire:

Les comprimés à libération prolongée contiennent du lactose monohydraté.

Abtard 5 mg par jour Comprimés à libération prolongée:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 31,6 mg de lactose monohydraté

Abtard Comprimés à libération prolongée de 10 mg:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 63,2 mg de lactose monohydraté

Abtard15 mg prolonged-release tablets:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 63,2 mg de lactose monohydraté

Abtard 20 mg de comprimés à libération prolongée:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 31,6 mg de lactose monohydraté

Abtard Comprimés à libération prolongée à 30 mg:

Chaque comprimé à libération prolongée en contient 63,2 mg de lactose monohydraté

Abtard Comprimés à libération prolongée à 40 mg:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 31,6 mg de lactose monohydraté

Abtard Comprimés à libération prolongée à 60 mg:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 63,2 mg de lactose monohydraté

Abtard 80 mg à libération prolongée. Comprimés à libération:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 63,2 mg de lactose monohydraté

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé à libération prolongée.

Abtard Comprimés à libération prolongée à 5 mg:

Comprimés bleus, ronds, biconvexes, 7 mm de diamètre, avec «OX 5» gravé en creux sur un côté.

Abtard Comprimés à libération prolongée à 10 mg:

Comprimés blancs, ronds, biconvexes , 9 mm de diamètre, avec «OX 10» gravé en creux sur un côté.

Abtard comprimés à libération prolongée de 15 mg:

Gris, rond, biconvexe comprimés de 9 mm de diamètre, portant l'inscription «OX 15» gravée d'un côté.

Abtard comprimés à libération prolongée à 20 mg:

rose, rond, Comprimés biconvexes, de 7 mm de diamètre, portant l'inscription «OX 20» gravée en creux sur un côté.

Abtard Comprimés à libération prolongée à 30 mg:

Brun, rond , comprimés biconvexes, de 9 mm de diamètre, portant l'inscription 'OX 30' gravée en creux sur un côté.

Abtard Comprimés à libération prolongée à 40 mg:

jaune, comprimés ronds, biconvexes, de 7 mm de diamètre, portant l'inscription «OX 40» gravée en creux sur un côté.

Abtard 60 mg à libération prolongée ta blets:

Comprimés rouges, ronds, biconvexes, de 9 mm de diamètre, portant l'inscription 'OX 60' gravée en relief sur l'un des côtés.

Abtard || 406 80 mg prolonged-release tablets:

Comprimés verts, ronds, biconvexes, de 9 mm de diamètre, portant l'inscription «OX 80» gravée en creux sur un côté.

4. Détails cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Douleur intense, qui ne peut être prise en charge de manière adéquate qu'avec des analgésiques opioïdes.

Abtard est indiqué chez l'adulte et l'adolescent âgé de 12 ans. plus âgé.

4.2 Posologie et mode d'administration

Posologie

La posologie dépend de l'intensité de la douleur et de la sensibilité individuelle du patient au traitement. Les recommandations posologiques générales suivantes s'appliquent:

Adultes et adolescents de 12 ans et plus

Titration et adaptation de la dose

En général, la dose initiale pour les opioïdes naïfs patients recevant 10 mg de chlorhydrate d'oxycodone administré toutes les 12 heures. Certains patients peuvent bénéficier d’une dose initiale de 5 mg afin de minimiser l’incidence d’effets secondaires.

Les patients recevant déjà des opioïdes peuvent commencer le traitement à doses supérieures, en tenant compte de l’expérience acquise avec les traitements opioïdes antérieurs. || 440

For doses not realisable/practicable with these strengths, other strengths are available.

Selon des études cliniques bien contrôlées, 10 à 13 mg de chlorhydrate d'oxycodone correspondent à environ 20 mg de sulfate de morphine, tant dans le traitement prolongé. à libération prolongée.

En raison des différences de sensibilité entre les différents opioïdes, il est recommandé aux patients de commencer de manière prudente avec les comprimés à libération prolongée Abtard après conversion à partir d'autres opioïdes, avec une concentration calculée d'oxygène calculée à 50%. dose.

Certains patients traités par Abtard en comprimés à libération prolongée après un horaire fixe ont besoin d'analgésiques à libération rapide comme médicaments de secours afin de contrôler la douleur en période de poussée. Les comprimés à libération prolongée Abtard ne sont pas indiqués pour le traitement de la douleur aiguë et / ou de la douleur aiguë. La dose unique du médicament de secours doit représenter 1/6 de la dose journalière équianalgésique de comprimés à libération prolongée Abtard. L'utilisation du médicament de secours plus de deux fois par jour indique que la dose de comprimés à libération prolongée Abtard doit être augmentée. La posologie ne doit pas être ajustée plus souvent qu'une fois tous les 1-2 jours jusqu'à ce que l'administration soit administrée deux fois par jour.

Après une augmentation de la posologie de 10 mg à 20 mg toutes les 12 heures, il conviendra de procéder à des ajustements posologiques. fait par paliers d’environ un tiers de la dose quotidienne. L'objectif est une posologie spécifique au patient qui, avec une administration deux fois par jour, permet une analgésie adéquate avec des effets indésirables tolérables et un minimum de médicaments de secours, aussi longtemps qu'un traitement de la douleur est nécessaire.

Une distribution uniforme (même dose le matin et le soir) selon un horaire fixe (toutes les 12 heures) convient à la majorité des patients. Pour certains patients, il peut être avantageux de répartir les doses de manière inégale. En général, la dose analgésique efficace la plus faible devrait être choisie. Pour le traitement de la douleur non maligne, une dose quotidienne de 40 mg est généralement suffisante; mais des doses plus élevées peuvent être nécessaires. Les patients souffrant de douleurs liées au cancer peuvent nécessiter des doses allant de 80 à 120 mg, pouvant être augmentées dans les cas individuels jusqu'à 400 mg. Si des doses encore plus élevées sont nécessaires, la dose doit être déterminée en fonction de l’équilibre entre l’efficacité, la tolérance et le risque d’effets indésirables.

Mode d'administration

Par voie orale.

Les comprimés à libération prolongée doivent être pris deux fois par jour, selon un schéma programmé et à la posologie déterminée. || | 460

The prolonged-release tablets may be taken with or independent of meals with a sufficient amount of liquid. Abtard prolonged release tablets must be swallowed whole, not chewed.

Durée d'administration

Les comprimés à libération prolongée Abtard ne doivent pas être pris plus longtemps que nécessaire. Si un traitement de longue durée est nécessaire en raison du type et de la gravité de la maladie, une surveillance étroite et régulière est nécessaire pour déterminer si et dans quelle mesure le traitement doit être poursuivi.

Arrêt du traitement

Lorsqu'un patient n'a plus besoin d'un traitement par oxycodone, il peut être judicieux de diminuer progressivement la dose pour éviter les symptômes de sevrage.

Population pédiatrique

Il n'y a pas eu d'étude chez les patients de moins de 12 ans. Par conséquent, le chlorhydrate d'oxycodone ne doit pas être utilisé chez les patients de moins de 12 ans.

Personnes âgées. patients

Une adaptation de la posologie n'est généralement pas nécessaire chez les patients âgés.

Patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique

L'initiation de la dose doit suivre une approche conservatrice chez ces patients. . La dose initiale recommandée chez l'adulte doit être réduite de 50% (par exemple, une dose quotidienne totale de 10 mg par voie orale chez les patients naïfs d'opioïdes), et chaque patient doit être ajusté à un contrôle de la douleur adéquat, en fonction de sa situation clinique.

Patients à risque

Les patients à risque, par exemple ceux présentant un faible poids corporel ou un métabolisme lent des médicaments, doivent initialement recevoir la moitié de la dose recommandée chez l'adulte, s'ils n'ont jamais reçu d'opioïdes. La titration de la dose doit être effectuée en fonction de la situation clinique.

Pour savoir comment ouvrir les ampoules à l'épreuve des enfants, voir rubrique 6.6.

4.3 Contre-indications

- Hypersensibilité à l'oxycodone ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

- Dépression respiratoire grave avec hypoxie et / ou hypercapnie.

- Maladie pulmonaire obstructive chronique sévère.

- Cor pulmonale.

- Asthme bronchique sévère.

- Taux élevés de dioxyde de carbone dans le sang.

- Iléus paralytique.

- Abdomen aigu, retard de la vidange gastrique.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Population pédiatrique

Les comprimés à libération prolongée Abtard n'ont pas été étudié chez les enfants de moins de 12 ans. L'innocuité et l'efficacité des comprimés n'ont pas été démontrées. Son utilisation chez les enfants de moins de 12 ans n'est donc pas recommandée.

Patients âgés ou affaiblis

Risque majeur de contracter des opioïdes l'excès est la dépression respiratoire. La prudence est requise chez les patients âgés ou affaiblis, chez les patients présentant une insuffisance pulmonaire, hépatique ou rénale sévère, un myxoedème, une hypothyroïdie, une maladie de Addison (insuffisance surrénalienne), une psychose d'intoxication (alcool), une hypertrophie de la prostate, une insuffisance corticosurrénalienne, un alcoolisme, une opioïde connue. dépendance, delirium tremens, pancréatite, maladies des voies biliaires, troubles inflammatoires de l'intestin, coliques biliaires ou urétériques, hypotension, hypovolémie, affections avec pression cérébrale accrue telles que traumatisme crânien, troubles de la régulation circulatoire, épilepsie ou convulsions, et chez les patients prenant MAO inhibiteurs.

Patients subissant une chirurgie abdominale

Comme pour toutes les préparations opioïdes, les produits à base d'oxycodone doivent être utilisés avec prudence après une chirurgie abdominale, car les opioïdes peuvent altérer la motilité intestinale et ne doivent pas être utilisés jusqu'à ce que le médecin est assuré de la fonction intestinale normale.

Les patients présentant une insuffisance hépatique grave doivent faire l'objet d'une surveillance étroite.

Dépression respiratoire

La dépression respiratoire est le risque le plus important induit par les opioïdes et survient le plus souvent chez les patients âgés ou affaiblis. L'effet dépresseur respiratoire de l'oxycodone peut entraîner une augmentation des concentrations de dioxyde de carbone dans le sang et donc dans le liquide céphalorachidien. Chez les patients prédisposés, les opioïdes peuvent entraîner une baisse importante de la pression artérielle.

Utilisation à long terme, tolérance et sevrage

Le patient peut développer une tolérance au médicament en cas de consommation chronique et nécessiter des doses progressivement plus élevées maintenir le contrôle de la douleur. L'utilisation prolongée de ce produit peut entraîner une dépendance physique et un syndrome de sevrage peut survenir lors de l'arrêt brutal du traitement. Lorsqu'un patient n'a plus besoin d'une thérapie par l'oxycodone, il peut être judicieux de diminuer progressivement la dose pour éviter les symptômes de sevrage. Les symptômes de sevrage peuvent inclure bâillement, mydriase, larmoiement, rhinorrhée, tremblements, hyperhidrose, anxiété, agitation, convulsions et insomnie.

Hyperalgésie

Hyperalgésie qui ne répondra pas à une nouvelle augmentation de la dose l'oxycodone peut très rarement se produire, en particulier à fortes doses. Une réduction de la dose d'oxycodone ou un changement d'opioïde peut être nécessaire.

Potentiel de dépendance

Les comprimés à libération prolongée Abtard ont un potentiel de dépendance primaire. L'oxycodone a un profil d'abus semblable à celui d'autres opioïdes agonistes forts. L'oxycodone peut être recherchée et abusée par des personnes présentant des troubles addictifs latents ou manifestes. Une dépendance psychologique [dépendance] aux analgésiques opioïdes, y compris l'oxycodone, est susceptible de se développer. Cependant, lorsqu'il est utilisé comme indiqué chez les patients souffrant de douleur chronique, le risque de développer une dépendance physique ou psychologique est nettement réduit ou doit être évalué de manière différenciée. Il n'y a pas de données disponibles sur l'incidence réelle de la dépendance psychologique chez les patients souffrant de douleur chronique. Chez les patients ayant des antécédents d'abus d'alcool et de drogue, le médicament doit être prescrit avec un soin particulier.

Utilisation préopératoire

Les comprimés à libération prolongée Abtard ne sont pas recommandés pour une utilisation préopératoire. ou dans les premières 12 à 24 heures suivant l'opération.

Injection veineuse parentérale abusive

En cas d'injection veineuse parentérale abusive, les excipients du comprimé peuvent provoquer une nécrose des tissus locaux, une infection, risque accru d'endocardite et de lésion cardiaque valvulaire pouvant être fatale, granulomes du poumon ou autres événements graves pouvant entraîner la mort.

Les comprimés ne doivent pas être mâchés ou écrasés || 580

To avoid damage to the controlled release properties of the tablets the prolonged release tablets must be swallowed whole, and not broken, chewed or crushed. The administration of broken, chewed or crushed controlled release oxycodone tablets leads to rapid release and absorption of a potentially fatal dose of oxycodone (see section 4.9).

Alcool || 586

Concomitant use of alcohol and oxycodone hydrochloride prolonged-release tablets may increase the undesirable effects of oxycodone hydrochloride; concomitant use should be avoided.

Abtard contient du lactose

Ce médicament contient du lactose. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d'intolérance au galactose, de déficit en Lapp lactase ou de malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

L’effet dépresseur sur le SNC peut être accru pendant le traitement concomitant par des médicaments qui affectent le SNC, tels que les autres opioïdes, les sédatifs, les hypnotiques, les antidépresseurs, les antipsychotiques, les anesthésiques, les relaxants musculaires, les antihistaminiques et les antiémétiques. Les inhibiteurs de la MAO interagissent avec les analgésiques opioïdes. Les inhibiteurs de la MAO provoquent une excitation du système nerveux central ou une dépression associée à une crise hypertensive ou hypotensive (voir rubrique 4.4). L'oxycodone doit être utilisé avec prudence chez les patients recevant un inhibiteur de la MAO ou ayant reçu un inhibiteur de la MAO au cours des deux dernières semaines (voir rubrique 4.4).

L’alcool peut renforcer les effets pharmacodynamiques de l’oxycodone; l'utilisation concomitante doit être évitée.

Les anticholinergiques (antipsychotiques, antihistaminiques, antiémétiques, antiparkinsoniens) peuvent augmenter les effets indésirables anticholinergiques de l'oxycodone (tels que constipation, sécheresse de la bouche ou troubles mictionnels).

Cimetidine can inhibit the metabolism of oxycodone.

L'oxycodone est principalement métabolisée par le CYP3A4, avec une contribution du CYP2D6. Les activités de ces voies métaboliques peuvent être inhibées ou induites par divers médicaments ou éléments alimentaires co-administrés.

inhibiteurs du CYP3A4, tels que les antibiotiques macrolides (par exemple, la clarithromycine, l'érythromycine et la télithromycine), les antifongiques azolés (par exemple, le kétoconazole, le voriconazole, l'itraconazole et le posaconazole), les inhibiteurs de protease (par exemple, La cimétidine et le jus de pamplemousse peuvent entraîner une clairance réduite de l'oxycodone, ce qui pourrait entraîner une augmentation des concentrations plasmatiques d'oxycodone. Par conséquent, il faudra peut-être ajuster la dose d'oxycodone en conséquence.

Quelques exemples spécifiques sont fournis ci-dessous:

• L'itraconazole, un puissant inhibiteur du CYP3A4, administré à raison de 200 mg par voie orale pendant cinq jours, a augmenté l'ASC de l'oxycodone par voie orale. En moyenne, l'ASC était environ 2,4 fois plus élevée (plage de 1,5 à 3,4).

• Le voriconazole, un inhibiteur du CYP3A4, administré à raison de 200 mg deux fois par jour pendant quatre jours (400 mg administrés aux deux premières doses), a augmenté l'ASC de l'oxycodone par voie orale. En moyenne, l'ASC était environ 3,6 fois plus élevée (plage de 2,7 à 5,6).

• La télithromycine, un inhibiteur du CYP3A4, administré à raison de 800 mg par voie orale pendant quatre jours, a augmenté l'ASC de l'oxycodone par voie orale. En moyenne, l'ASC était environ 1,8 fois plus élevée (fourchette de 1,3 à 2,3).

• Le jus de pamplemousse, un inhibiteur du CYP3A4, administré sous forme de 200 ml trois fois par jour pendant cinq jours, a augmenté l’ASC de l’oxycodone par voie orale. En moyenne, la SSC était environ 1,7 fois plus élevée (fourchette de 1,1 à 2,1).

Les inducteurs du CYP3A4, tels que la rifampicine, la carbamazépine, la phénytoïne et le millepertuis peuvent induire le métabolisme de l'oxycodone et entraîner une clairance accrue de l'oxycodone, susceptible de réduire les concentrations plasmatiques d'oxycodone. La dose d'oxycodone devra peut-être être ajustée en conséquence.

Quelques exemples spécifiques sont fournis ci-dessous:

• Le millepertuis, un inducteur du CYP3A4, administré à raison de 300 mg trois fois par jour pendant quinze jours, a réduit l’ASC de l’oxycodone par voie orale. En moyenne, l’ASC était inférieure d’environ 50% (fourchette 37-57%).

• La rifampicine, un inducteur du CYP3A4, administrée à raison de 600 mg une fois par jour pendant sept jours, a diminué l'ASC de l'oxycodone par voie orale. En moyenne, l'ASC était inférieure d'environ 86%

Les médicaments qui inhibent l'activité du CYP2D6, tels que la paroxétine, la fluoxétine et la quinidine, peuvent entraîner une diminution de la clairance de l'oxycodone, susceptible d'augmenter les concentrations plasmatiques d'oxycodone.

L'effet d'autres inhibiteurs de l'isoenzyme sur le métabolisme de l'oxycodone n'est pas connu. Les interactions potentielles doivent être prises en compte.

Des modifications cliniquement pertinentes du rapport international normalisé (INR) dans les deux sens ont été observées chez des individus si des anticoagulants à base de coumarine étaient co-appliqués avec du chlorhydrate d'oxycodone. || 632 == Il n’existe aucune étude sur l’effet de l’oxycodone sur le métabolisme d’autres médicaments catalysés par le CYP.

There are no studies investigating the effect of oxycodone on CYP catalysed metabolism of other drugs.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Il convient d'éviter dans la mesure du possible l'utilisation de ce médicament. chez les patientes enceintes ou allaitantes.

Grossesse

Il existe peu de données sur l'utilisation de l'oxycodone chez la femme enceinte. Les nourrissons nés de mères ayant reçu des opioïdes au cours des 3 à 4 semaines précédant l'accouchement doivent faire l'objet d'une surveillance en cas de dépression respiratoire. Des symptômes de sevrage peuvent être observés chez le nouveau-né de mères sous traitement par l'oxycodone.

Allaitement

L'oxycodone peut être sécrétée dans le lait maternel et entraîner une dépression respiratoire chez le nouveau-né. L'oxycodone ne doit donc pas être utilisé chez les mères qui allaitent.

4.7 Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L'oxycodone peut altérer l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Avec une thérapie stable, une interdiction générale de conduire un véhicule n'est pas nécessaire. Le médecin traitant doit évaluer la situation individuelle.

Ce médicament peut altérer les fonctions cognitives et nuire à la capacité du patient de conduire en toute sécurité. Cette classe de médicaments figure dans la liste des médicaments énumérés dans les réglementations sous 5a du Road Traffic Act 1988. Lors de la prescription de ce médicament, les patients doivent être avertis:

• Le médicament est susceptible d’affecter votre capacité à conduire

• Ne conduisez pas avant de savoir en quoi le médicament vous affecte

• Conduire sous l'influence de ce médicament constitue une infraction. || 664

• However, you would not be committing an offence (called 'statutory defence') if:

o Le médicament a été prescrit pour traiter un problème médical ou dentaire et

o Vous l'avez pris conformément aux instructions du prescripteur et aux informations fournies avec le médicament et

o Cela n'affectait pas votre capacité à conduire en toute sécurité

4.8 Effets indésirables

L'oxycodone peut provoquer une dépression respiratoire, un myosis, des spasmes bronchiques et des spasmes des muscles lisses et peut supprimer le réflexe de toux.

Les effets indésirables considérés au moins éventuellement liés au traitement sont tabulées ci-dessous par classe de systèmes d'organes et par fréquence absolue.

Système corporel

Très commun

(≥ 1/10)

Commun

(≥ 1/100 à <1>

Uncommon

(≥ 1/1 000 à <1>

Rare

(≥ 1/10 000 à <1>

Fréquence inconnue (Ne peut être estimée à partir des données disponibles)

Sang et troubles du système lymphatique

adénopathies || 741

Immune system disorders

hypersensibilité

réponses anaphylactiques

Troubles endocriniens

syndrom e de sécrétions inappropriées d'hormones antidiurétiques

Troubles du métabolisme et de la nutrition

diminution de l'appétit

déshydratation

Troubles psychiatriques

anxiété, état confusionnel, dépression, insomnie, nervosité. pensée anormale, amnésie, cas isolés de troubles de la parole

agitation, labilité affective, humeur euphorique, hallucinations, diminution de la libido, toxicomanie (voir rubrique 4.4), dépersonnalisation, modification du goût, troubles visuels, hyperacousie

aggression

Troubles du système nerveux

somnolence, vertiges, maux de tête

asthénie, tremblements

amnésie, convulsions, hypertonie , augmentation et diminution du tonus musculaire, contractions musculaires involontaires; l'hypesthésie; troubles de la coordination; malaise; trouble de la parole, syncope, paresthésie, dysgueusie

& times; | || 1483

hyperalgésie

Troubles de la vue

déficience visuelle, trouble de larmoiement, miosis

Troubles de l'oreille et du labyrinth

vertiges

Troubles cardiaques

tachycardie supraventriculaire; palpitations (dans le contexte du syndrome de sevrage) || 861

Vascular disorders

vasodilatation

hypotension, hypotension orthostatique

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

dyspnée, bronchospasme

toux accrue; pharyngite; la rhinite; changements de voix, dépression respiratoire

Troubles gastro-intestinaux

constipation, nausée, vomissements

bouche sèche, rarement accompagnée de soif; troubles gastro-intestinaux tels que douleurs abdominales; la diarrhée; dyspepsie; perte d'appétit

ulcères buccaux; gingivite; stomatite; flatulence, dysphagie, éructation, iléus

saignements de gomme; Augmentation de l'appétit; selles goudronneuses; coloration des dents

caries dentaires

Troubles hépato-biliaires

augmentation des enzymes hépatiques

cholestase, coliques biliaires

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

prurit || 930

skin eruptions including rash, in rare cases increased photosensitivity, in isolated cases urticaria or exfoliative dermatitis, hyperhidrosis

herpès simplex, urticaire

herpes simplex, urticaria

Troubles rénaux et urinaires

troubles de la miction (augmentation du besoin d'uriner)

rétention urinaire

haematuria

Troubles de l'appareil reproducteur et des seins

libido réduite; dysfonction érectile

aménorrhée

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

transpiration, états asthéniques

traumatismes accidentels; douleur (par exemple douleur thoracique); œdème; migraine; dépendance physique avec symptômes de sevrage; tolérance aux médicaments, frissons, malaises, œdèmes périphériques, soif.

changements de poids (augmentation ou diminution); cellulite

Une tolérance et une dépendance peuvent apparaître.

Déclaration des effets indésirables suspectés

Il est important de signaler les effets indésirables suspectés après autorisation du médicament. Il permet de surveiller en permanence le rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le programme Yellow Card à l’adresse http: //yellowcard.mhra.gov.uk.

4.9 Surdosage

Symptômes et intoxication: || | 1003

Miosis, respiratory depression, somnolence, reduced skeletal muscle tone and drop in blood pressure. In severe cases circulatory collapse, stupor, coma, bradycardia, non-cardiogenic lung oedema, hypotension, and death may occur; abuse of high doses of strong opioids such as oxycodone can be fatal.

Traitement des intoxications:

Il convient d'accorder une attention particulière à l'établissement d'une voie respiratoire brevetée et à l'établissement d'une ventilation assistée ou contrôlée.

En cas de surdosage, l'administration par voie intraveineuse d'un antagoniste des opiacés (par exemple 0,4-2 mg de naloxone par voie intraveineuse) peut être indiqué. L'administration de doses uniques doit être répétée en fonction de la situation clinique à intervalles de 2 à 3 minutes. Une perfusion intraveineuse de 2 mg de naloxone dans 500 ml de solution saline isotonique ou de solution de dextrose à 5% (correspondant à 0,004 mg de naloxone / ml) est possible. Le débit de perfusion doit être ajusté aux injections en bolus précédentes et à la réponse du patient.

Un lavage gastrique peut être pris en compte. Considérez du charbon activé (50 g pour les adultes, 10 -15 g pour les enfants), si une quantité substantielle a été ingérée en moins d'une heure, à condition que les voies respiratoires puissent être protégées. Il peut être raisonnable de supposer qu'une administration tardive de charbon activé peut être bénéfique pour les préparations à libération prolongée. cependant, aucune preuve ne le corrobore.

Pour accélérer le passage, un laxatif approprié (par exemple une solution à base de PEG) peut être utile.

Des mesures de soutien (respiration artificielle, alimentation en oxygène, administration de vasopresseurs et thérapie par perfusion) doivent, si nécessaire, être appliquées dans le traitement du choc circulatoire qui l'accompagne. En cas d’arrêt cardiaque ou d’arythmie cardiaque, un massage ou une défibrillation cardiaque peut être indiqué. Si nécessaire, ventilation assistée ainsi que maintien de l'équilibre eau / électrolyte.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Alcaloïdes de l'opium naturel

Code ATC: N02A A05

L'oxycodone présente une affinité envers récepteurs opioïdes kappa, mu et delta dans le cerveau et la moelle épinière. Il agit sur ces récepteurs comme un agoniste opioïde sans effet antagoniste. L'effet thérapeutique est principalement analgésique et sédatif. Comparés à l'oxycodone à libération rapide, administrés seuls ou en association avec d'autres substances, les comprimés à libération prolongée soulagent la douleur pendant une période nettement plus longue sans augmentation des effets indésirables.

Système endocrinien

Opioids may influence the hypothalamic-pituitary-adrenal or –gonadal axes. Some changes that can be seen include an increase in serum prolactin, and decreases in plasma cortisol and testosterone. Clinical symptoms may be manifest from these hormonal changes.

Autres effets pharmacologiques

Des études in vitro et sur des animaux ont révélé divers effets des opioïdes naturels, tels que la morphine, sur les composants du système immunitaire. ; La signification clinique de ces résultats est inconnue. On ignore si l'oxycodone, un opioïde semi-synthétique, a des effets immunologiques similaires à ceux de la morphine.

Études cliniques

L'efficacité des comprimés à libération prolongée d'oxycodone a été démontrée dans le traitement de la douleur cancéreuse, post-opératoire. douleur et douleur non maligne sévère telles que la neuropathie diabétique, la névralgie post-herpétique, la lombalgie et l’arthrose. Dans cette dernière indication, le traitement a été poursuivi jusqu'à 18 mois et s'est avéré efficace chez de nombreux patients pour lesquels les AINS seuls n'ont pas permis un soulagement insuffisant. L'efficacité des comprimés d'oxycodone à libération prolongée contre la douleur neuropathique a été confirmée par trois études contrôlées par placebo.

Chez les patients présentant une douleur chronique non maligne, le maintien de l'analgésie avec une dose stable a été démontré pendant une période allant jusqu'à trois ans.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption:

La biodisponibilité relative des comprimés d'Altard à libération prolongée est comparable à celle de l'oxycodone à libération rapide, avec des concentrations plasmatiques maximales atteintes environ 3 heures après la prise des comprimés à libération prolongée, contre 1 à 1,5 heure. Les concentrations plasmatiques maximales et les oscillations des concentrations d'oxycodone des formulations à libération prolongée et à libération rapide sont comparables lorsqu'elles sont données à la même dose quotidienne, à des intervalles de 12 et 6 heures respectivement.

Un repas riche en graisse avant la prise des comprimés n'affecte pas la concentration maximale ni l'ampleur de l'absorption d'oxycodone.

Les comprimés ne doivent pas être écrasés, divisés ni mâchés, car cela entraînerait une libération rapide d'oxycodone et l'absorption d'un produit potentiellement mortel. dose d'oxycodone due aux dommages causés par les propriétés de libération prolongée.

Distribution:

La biodisponibilité absolue de l'oxycodone est d'environ deux tiers par rapport à l'administration parentérale. En état d'équilibre, le volume de distribution de l'oxycodone s'élève à 2,6 l / kg; liaison aux protéines plasmatiques à 38-45%; la demi-vie d'élimination à 4 à 6 heures et la clairance plasmatique à 0,8 l / min.

Métabolisme:

L'oxycodone est métabolisée dans l'intestin et le foie en noroxycodone et en oxymorphone, ainsi qu'en plusieurs conjugués de glucuronide. Le CYP3A4 et le CYP2D6 sont probablement impliqués dans la formation de noroxycodone et d'oxymorphone, respectivement. L'oxymorphone a une activité analgésique mais est présente dans le plasma à de faibles concentrations et n'est pas considérée comme contribuant à l'effet pharmacologique de l'oxycodone.

Élimination:

L'oxycodone et ses métabolites sont excrétés par l'urine et les matières fécales. L'oxycodone traverse le placenta et se retrouve dans le lait maternel.

Linéarité / non-linéarité:

Les comprimés à libération prolongée sont bioéquivalents de manière proportionnelle à la dose par rapport à la quantité de principe actif substance absorbée ainsi que comparable en ce qui concerne le taux d'absorption.

Sujet âgé

La concentration plasmatique d'oxycodone est 15% plus élevée chez les sujets âgés que chez les sujets jeunes.

Sexe

Les femmes ont en moyenne une concentration plasmatique d'oxycodone jusqu'à 25% supérieure à celle des hommes, ajustée en fonction du poids. La raison de cette différence est inconnue.

Patients présentant une insuffisance rénale

Les patients présentant une insuffisance rénale légère, modérée et grave ont présenté une augmentation de leurs concentrations plasmatiques respectivement de 1,1, 1,4 et 1,7 fois par rapport à aux patients ayant une fonction rénale normale. L'ASC a augmenté en moyenne de 1,5, 1,7 et 2,3 fois respectivement par rapport aux patients ayant une fonction rénale normale. La demi-vie d'élimination de l'oxycodone a été multipliée par 1,5, 1,2 et 1,4, respectivement, par rapport aux patients ayant une fonction rénale normale.

Patients présentant une insuffisance hépatique

Patients présentant une une insuffisance hépatique sévère a présenté une augmentation des concentrations plasmatiques respectivement 1,2, 2,0 et 1,9 fois supérieure à celle du patient ayant une fonction hépatique normale. L'ASC a augmenté en moyenne de 1,4, 3,2 et 3,2 fois respectivement par rapport aux patients ayant une fonction hépatique normale. La demi-vie d'élimination de l'oxycodone a été multipliée respectivement par 1,1, 1,8 et 1,8 par rapport aux patients ayant une fonction hépatique normale.

5.3 Données de sécurité précliniques

Tératogénicité

Oxycodone had no effect on fertility and early embryonic development in male and female rats in doses of up to 8 mg/kg body weight and induced no malformations in rats in doses of up to 8 mg/kg and in rabbits in doses of 125 mg/kg bodyweight. However, in rabbits, when individual foetuses were used in statistical evaluation, a dose related increase in developmental variations was observed (increased incidences of 27 presacral vertebrae, extra pairs of ribs). When these parameters were statistically evaluated using litters, only the incidence of 27 presacral vertebrae was increased and only in the 125 mg/kg group, a dose level that produced severe pharmacotoxic effects in the pregnant animals. In a study on pre- and postnatal development in rats F1 body weights were lower at 6 mg/kg/d when compared to body weights of the control group at doses which reduced maternal weight and food intake (NOAEL 2 mg/kg body weight). There were neither effects on physical, reflexological, and sensory developmental parameters nor on behavioural and reproductive indices.

Dans une étude sur le développement périnatal et postnatal chez le rat, le poids corporel de la mère et les paramètres de prise alimentaire ont été réduits pour les doses. ≥ 2 mg / kg / j par rapport au groupe témoin. Le poids corporel était plus faible chez la génération F1 chez les rates mères dans le groupe recevant 6 mg / kg / j. Il n'y a eu aucun effet sur les paramètres de développement physique, réflexologique ou sensoriel, ni sur les indices de comportement et de reproduction chez les ratons F1 (la DSEO pour les ratons F1 était de 2 mg / kg / j sur la base des effets de poids corporel observés à 6 mg / kg / j). . L'étude n'a entraîné aucun effet sur la génération F2.

Cancérogénicité

Aucune étude de carcinogénicité à long terme n'a été réalisée.

Mutagénicité

Les résultats des in-vitro et des in-vivo études indiquent que le risque génotoxique de l'oxycodone pour l'homme est minime ou absent aux concentrations systémiques d'oxycodone atteintes thérapeutiquement.

6. Détails pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau du comprimé:

Lactose monohydrate

Hypromellose

Povidone K30

Acide stéarique

Stéarate de magnésium

Silice colloïdale anhydre

Tablet revêtement

5 mg:

Alcool polyvinylique

Dioxyde de titane (E171)

Macrogol 3350

Talc | || 1161

Blue Indigo Carmine Aluminium Lake (E132)

Oxyde de fer, jaune (E172)

10 mg:

Dioxyde de titane (E171)

Hypromellose

Macrogol 400

Polysorbate 80

15 mg:

Alcool polyvinylique

Titanium dioxide (E171)

Macrogol 3350

Talc

Oxyde de fer, noir (E172)

Oxyde de fer, jaune ( E172)

20 mg:

Alcool polyvinylique

Dioxyde de titane (E171)

Macrogol 3350

Talc

Oxyde de fer, rouge (E172)

30 mg:

Alcool polyvinylique

Macrogol 3350

Talc

Oxyde de fer, rouge (E172)

Oxyde de fer, noir (E172)

Lac en aluminium bleu indigo carmin (E132)

40 mg:

Alcool polyvinylique

Dioxyde de titane (E171)

Macrogol 3350

Talc

Fer oxyde, jaune (E172)

60 mg:

Alcool polyvinylique

Macrogol 3350

Talc

Fer oxyde rouge (E172)

Carmine (E120)

Oxyde de fer noir (E172)

80 mg:

Alcool polyvinylique

Macrogol 3350

Talc

Dioxyde de titane (E171)

Lac en aluminium bleu carminé dans l'indigo (E132)

Iron oxide, yellow (E172)

6.2 Incompatibilités

Non applicable.

6.3 Durée de vie

Blister:

3 ans

Contenant en PEHD:

3 ans

Après ouverture, utilisation dans les 6 mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Blister:

Ne pas conserver au-dessus de 25 ° C.

Emballage en PEHD:

5 mg, 10 mg, 15 mg : Ne pas conserver à une température supérieure à 30 ° C.

20 mg, 30 mg, 40 mg, 60 mg, 80 mg: Ce médicament ne nécessite pas de traitement spécial. conditions d'âge.

Pour les conditions de conservation après la première ouverture du médicament, voir rubrique 6.3.

6.5 Nature et contenu de l'emballage extérieur

Blisters à l'épreuve des enfants ( PVC / PVdC / Al / PET / papier).

Conditionnements:

5 mg: 1, 20, 28, 30, 50, 56, 60 et 100 comprimés à libération prolongée

10 mg, 20 mg, 40 mg, 80 mg: 1, 20, 28, 30, 50, 56, 60, 98 et 100 comprimés à libération prolongée

15 mg: 1, 20, 30, 56, 98 et 100 comprimés à libération prolongée

30 mg, 60 mg: 1, 20, 30, 50, 56, 98 et 100 comprimés à libération prolongée

Blister packs (PVC/Al) in cartons.

Conditionnements:

5 mg: 1, 20, 28, 30, 50, 56, 60 et 100 à libération prolongée comprimés || 1313

10 mg, 20 mg, 40 mg, 80 mg: 1, 20, 28, 30, 50, 56, 60, 98 and 100 prolonged-release tablets

15 mg : 1, 20, 30, 56, 98 et 100 comprimés à libération prolongée

30 mg, 60 mg: 1, 20, 30, 50, 56, 98 et 100 comprimés à libération prolongée

Contenants pour comprimés blancs, ronds et en PEHD Avec capuchons en LDPE.

Taille de l'emballage: 98 et 100 comprimés à libération prolongée

Contenants pour tablettes en PEHD blancs, ronds et à l'épreuve des enfants avec capuchons en LDPE

Pack size: 98 and 100 prolonged-release tablets

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d'élimination et de manipulation

Pas d'exigence particulière .

Mode d'emploi des ampoules à l'épreuve des enfants:

1. Ne poussez pas la tablette directement hors de la poche

2. Séparez une cellule blister de la bande au niveau des perforations

3. Décollez soigneusement le support pour ouvrir la poche

7. Titulaire de l'autorisation de mise sur le marché

Macarthys Laboratories Ltd

T / A Martindale Pharma

Route Bampton, Harold Hill, Romford, Essex, || 1351

RM3 8UG, United Kingdom

8. Numéro (s) d'autorisation de mise sur le marché

PL 01883 / 0318-0325

9. Date de première autorisation / renouvellement de l'autorisation

17/04/2014

10. Date de révision du texte

04/09/2018