Ces informations sont destinées aux professionnels de la santé

1. Nom du médicament

Bisoprolol Fumarate 2,5 mg, comprimés

2. Composition qualitative et quantitative

Bisoprolol Fumarate 2,5 mg, comprimés: Chaque comprimé contient 2,5 mg de fumarate de bisoprolol

Excipient à effet notoire: 68 mg de lactose monohydraté / comprimé.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimés

Comprimés de fumarate de bisoprolol 2,5 mg: blancs, oblongs, non enrobés, avec lignes de rupture sur les côtés supérieur et inférieur, «BI» et «2,5» gravés en creux de chaque côté. de la ligne de rupture en haut.

Les comprimés peuvent être divisés en doses égales.

4. Indications cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement de l'insuffisance cardiaque chronique stable avec réduction de la fonction ventriculaire gauche systolique en plus des inhibiteurs de l'ECA, des diurétiques et éventuellement des glucosides cardiaques (pour plus d'informations, voir rubrique 5.1).

4.2 Posologie et mode d'administration

Le traitement standard de l'ICC consiste en un inhibiteur de l'ECA (ou un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine en cas d'intolérance aux inhibiteurs de l'ECA, un bêta-bloquant Les patients doivent être stables (sans échec aigu) au début du traitement par bisoprolol.

Il est recommandé que le médecin traitant ait l'expérience de la prise en charge de l'insuffisance cardiaque chronique.

Une aggravation passagère de l'insuffisance cardiaque Une hypotension ou une bradycardie peut survenir pendant la période de titration et par la suite.

Phase de titration

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chronique stable au bisoprolol est obligatoire un titrage ph ase.

Le traitement par bisoprolol doit être commencé avec une suspension progressive suivant les étapes suivantes:

- 1,25 mg une fois par jour pendant 1 semaine, en cas d'augmentation bien tolérée jusqu'à || | 271

- 2.5 mg once daily for a further week, if well tolerated increase to

- 3,75 mg une fois par jour pendant une semaine supplémentaire, si augmentation bien tolérée, augmentez jusqu'à

- 5 mg une fois par jour pendant les 4 semaines suivantes, si bien toléré, augmenter jusqu'à

- 7,5 mg une fois par jour pendant les 4 semaines suivantes, si bien toléré, augmenter jusqu'à

- 10 mg une fois par jour pour le traitement d'entretien.

La dose maximale recommandée est de 10 mg une fois par jour.

Surveillance étroite des signes vitaux (rythme cardiaque, tension artérielle) et des symptômes d'aggravation L'insuffisance cardiaque est recommandée pendant la phase de titration. Les symptômes peuvent déjà apparaître dans les 24 heures qui suivent le début du traitement.

Modification du traitement

Si la dose maximale recommandée n'est pas bien tolérée, une réduction progressive de la posologie peut être envisagée.

En cas d'aggravation transitoire de l'insuffisance cardiaque, hypotension Il est recommandé de reconsidérer la posologie du traitement concomitant par bradycardie. Il peut également être nécessaire d'abaisser temporairement la dose de bisoprolol ou d'envisager un arrêt du traitement. La réintroduction et / ou la suspension du bisoprolol doivent toujours être envisagées lorsque le patient redevient stable. Si un arrêt du traitement est envisagé, une diminution progressive de la dose est recommandée, car un arrêt brutal peut entraîner une détérioration aiguë de l'état du patient.

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chronique stable au bisoprolol est généralement un traitement au long cours.

Mode d'administration

Les comprimés de bisoprolol Fumarate doivent être pris le matin peut être pris avec de la nourriture. Ils doivent être avalés avec un liquide et ne doivent pas être mâchés.

Populations particulières

Insuffisance rénale ou hépatique

Il n'existe aucune information concernant la pharmacocinétique du bisoprolol chez les patients insuffisance cardiaque chronique et insuffisance hépatique ou rénale. L'augmentation de la dose chez ces populations doit donc être effectuée avec une prudence supplémentaire.

Personnes âgées

Aucun ajustement posologique requis.

Population pédiatrique

There is no experience with bisoprolol in children, therefore its use cannot be recommended for children.

4.3 Contre-indications

Le bisoprolol est contre-indiqué chez les patients:

- insuffisance cardiaque aiguë ou lors d'épisodes de décompensation d'insuffisance cardiaque nécessitant iv thérapie inotrope

- choc cardiogénique

- bloc AV du deuxième ou du troisième degré

- syndrome du sinus malade

- bloc sino-auriculaire

- bradycardie symptomatique

- hypotension symptomatique

- asthme bronchique grave ou bronchopneumopathie chronique obstructive sévère

- formes graves de maladie occlusive artérielle périphérique ou formes sévères du syndrome de Raynaud

- phéochromocytome non traité (voir rubrique 4.4)

- acidose métabolique

- hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés dans la rubrique 6.1

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Avertissements

Le traitement de l'insuffisance cardiaque chronique stable au bisoprolol doit être instauré avec une titration spéciale phase (voir rubrique 4.2).

L'arrêt du traitement par bisoprolol doit obligatoirement prendre fin ne doit pas être effectué brusquement sauf indication claire, car cela pourrait entraîner une aggravation transitoire de la maladie cardiaque (voir rubrique 4.2).

Précautions

L'instauration et l'arrêt du traitement de l'insuffisance cardiaque chronique stable avec le bisoprolol nécessite une surveillance régulière. Pour la posologie et le mode d'administration, voir rubrique 4.2.

Il n'y a pas d'expérience thérapeutique du traitement par bisoprolol dans l'insuffisance cardiaque chez les patients atteints des maladies et affections suivantes:

• diabète sucré insulino-dépendant (type I)

• insuffisance rénale grave

• insuffisance hépatique grave

• cardiomyopathie restrictive

• cardiopathie congénitale

• maladie valvulaire organique significative sur le plan hémodynamique

• infarctus du myocarde dans les 3 mois

Le bisoprolol doit être utilisé avec prudence dans:

- diabète sucré avec fortes fluctuations de la glycémie. Les symptômes d'hypoglycémie (par exemple, tachycardie, palpitations ou transpiration) peuvent être masqués,

- à jeun strict,

- traitement de désensibilisation en cours. Comme avec d'autres bêta-bloquants, le bisoprolol peut augmenter à la fois la sensibilité aux allergènes et la gravité des réactions anaphylactiques. Le traitement à l'épinéphrine peut ne pas toujours produire l'effet thérapeutique attendu,

- Bloc AV du premier degré,

- Angor de Prinzmetal,

- maladie occlusive artérielle périphérique. L'aggravation des symptômes peut survenir en particulier au début du traitement.

Les patients atteints de psoriasis ou ayant des antécédents de psoriasis ne doivent recevoir des bêta-bloquants (par exemple, le bisoprolol) après un équilibre soigneux des bénéfices et des risques. || 361

The symptoms of thyrotoxicosis may be masked under treatment with bisoprolol.

Chez les patients atteints de phéochromocytome, le bisoprolol ne doit être administré qu'après le blocage des récepteurs alpha.

Chez les patients soumis à une anesthésie générale Le bêta-blocage réduit l'incidence des arythmies et de l'ischémie myocardique pendant l'induction et l'intubation, ainsi que pendant la période postopératoire. Il est actuellement recommandé de continuer la maintenance du blocage bêta de façon péri-opératoire. L'anesthésiste doit être conscient du bêta-blocage en raison du risque d'interactions avec d'autres médicaments, entraînant des bradyarythmies, une atténuation de la tachycardie réflexe et une diminution de la capacité réflexe de compenser la perte de sang. S'il est jugé nécessaire d'arrêter le traitement par bêta-bloquant avant la chirurgie, cela doit être fait progressivement et environ 48 heures avant l'anesthésie.

Dans les cas d'asthme bronchique ou d'autres maladies pulmonaires obstructives chroniques pouvant provoquer des symptômes, en même temps un traitement bronchodilatateur est recommandé. Parfois, une augmentation de la résistance des voies respiratoires peut survenir chez les patients asthmatiques; par conséquent, la dose de stimulants bêta 2 - doit être augmentée.

Lactose : ce médicament contient du lactose. Les patients présentant des troubles héréditaires rares d'intolérance au galactose, de déficit en Lapp lactase ou de malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interaction

Combinaisons non recommandées

Antiarythmiques de classe I (par exemple, quinidine, disopyramide; lidocaïne, phénytoïne; flécaïnide, propafénone):

Les effets sur le temps de conduction atrio-ventriculaire peuvent être potentialisés et négatifs effet accru.

Antagonistes du calcium du type vérapamil et, dans une moindre mesure, du type diltiazem: Effet négatif sur la contractilité et la conduction atrio-ventriculaire. L'administration intraveineuse de vérapamil chez les patients traités par bêta-bloquants peut entraîner une hypoension profonde et un blocage atrio-ventriculaire.

Antihypertenseurs à action centrale (p. Ex. Clonidine, méthyldopa, moxonidine, rilmenidine):

Concomitant use of centrally-acting antihypertensive drugs may further decrease the central sympathetic tonus and may thus lead to reduction of heart rate and cardiac output and to vasodilatation. Abrupt withdrawal, particularly if prior to beta-blocker discontinuation, may increase the risk of "rebound hypertension".

Combinaisons à utiliser avec prudence

Antagonistes du calcium du type dihydropyridine (par exemple: félodipine et amlodipine): L’utilisation concomitante peut augmenter le risque d’hypotension, et un risque accru de détérioration de la fonction de la pompe ventriculaire chez les patients insuffisants cardiaques ne peut pas être exclu.

Anti-arythmiques de classe III ( p.ex. amiodarone): l'effet sur le temps de conduction atrio-ventriculaire peut être potentialisé.

Médicaments parasympathomimétiques: l'utilisation concomitante peut augmenter le temps de conduction atrio-ventriculaire et le risque de bradycardie.

Topical beta des bloqueurs (par exemple des gouttes pour les yeux pour le traitement du glaucome) peuvent ajouter aux effets systémiques du bisoprolol.

Insuline et antidiabétiques oraux: augmentation de l'effet hypoglycémiant. Le blocage des récepteurs bêta-adrénergiques peut masquer les symptômes d'hypoglycémie.

Anesthésiques: Atténuation de la tachycardie réflexe et augmentation du risque d'hypotension (voir rubrique 4.4).

Digitalis glycosides: Increase of atrio-ventricular conduction time, reduction in heart rate.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS):

Les AINS peuvent réduire l'effet hypotenseur du bisoprolol. || 394

Beta-sympathomimetics (eg. isoprenaline, dobutamine):

La combinaison avec le bisoprolol peut réduire l'effet des deux agents.

Sympathomimétiques activant à la fois les adrénocepteurs bêta et alpha (par exemple, la noradrénaline et l'épinéphrine): l'association de bisoprolol peut entraîner la destruction du effets vasoconstricteurs à médiation alpha-adrénergiques de ces agents conduisant à une augmentation de la pression artérielle et à une claudication intermittente exacerbée. De telles interactions sont considérées comme plus probables avec les bêta-bloquants non sélectifs.

L'utilisation concomitante d'agents antihypertenseurs et d'autres médicaments présentant un potentiel d'abaissement de la tension artérielle (antidépresseurs tricycliques, barbituriques, phénothiazines, par exemple) peut augmenter le risque d'hypotension.

Combinaisons à envisager

Méfloquine: risque accru de bradycardie.

Inhibiteurs de la monoamine oxydase (sauf les inhibiteurs de la MAO-B): effet hypotenseur accru des bêta-bloquants mais également risque de crise hypertensive.

Rifampicin: Slight reduction of the half-life of bisoprolol possible due to the induction of the hepatic drugmetabolising enzymes. Normally no dosage adjustment is necessary.

Dérivés de l'ergotamine: exacerbation de troubles circulatoires périphériques.

4.6 Grossesse et allaitement

Grossesse

Bisoprolol a des effets pharmacologiques pouvant avoir des effets néfastes sur la grossesse et / ou le fœtus / le nouveau-né. En général, les bêta-bloquants réduisent la perfusion placentaire, qui est associée à un retard de croissance, à la mort intra-utérine, à un avortement ou au travail précoce. Des effets indésirables (hypoglycémie et bradycardie, par exemple) peuvent survenir chez le fœtus et le nouveau-né. Si un traitement par bêta-bloquants est nécessaire, bêta 1 - les antagonistes sélectifs des adrénocepteurs sont préférables.

Le bisoprolol n'est pas recommandé pendant la grossesse, sauf en cas de nécessité absolue. Si un traitement est jugé nécessaire, il est recommandé de surveiller le débit sanguin utéro-placentaire et la croissance du fœtus. En cas d'effets néfastes sur la grossesse ou le fœtus, un traitement alternatif est recommandé. Le nouveau-né doit être surveillé de près. Les symptômes d'hypoglycémie et de bradycardie sont généralement attendus au cours des 3 premiers jours.

Allaitement

Il n'existe aucune donnée concernant l'excrétion du bisoprolol dans le lait maternel humain ou l'innocuité d'une exposition au bisoprolol. chez les nourrissons. Par conséquent, l'allaitement n'est pas recommandé lors de l'administration de bisoprolol.

4.7 Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Dans une étude portant sur des patients coronariens, le bisoprolol n'a pas altéré les performances de conduite.

Toutefois, en fonction de la réponse du patient au traitement, l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines peut être altérée. Cela doit être pris en compte en particulier au début du traitement, en cas de changement de médicament ou en association avec de l'alcool.

4.8 Effets indésirables

Très fréquent (≥1 / 10), || | 433

common (≥1/100 to <1/10),

peu commun (≥1 / 1000 à <1> rare (≥ 1/10 000 à <1> très rare (<1>

Troubles psychiatriques

Peu fréquent:

dépression, troubles du sommeil

Rare:

cauchemars, hallucinations

Troubles du système nerveux

Fréquent:

étourdissements, maux de tête

Rare:

syncope

Troubles de la vue

Rares:

Débit lacrymal réduit (à prendre en compte si le patient utilise des lentilles de contact)

Très rare:

conjonctivite

Troubles de l'oreille et du labyrinthe

Rare:

troubles de l'audition

Troubles cardiaques

Très fréquent:

bradycardie

Commun:

aggravation d'une insuffisance cardiaque préexistante

Peu fréquent:

Troubles de la conduction AV

Troubles vasculaires

Fréquent:

sensation de froid ou d'engourdissement aux extrémités, d'hypotension

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Peu fréquent: | || 512

bronchospasm in patients with bronchial asthma or a history of obstructive airway disease

Rare: | || 516

allergic rhinitis

Troubles gastro-intestinaux

Fréquent:

troubles gastro-intestinaux tels que nausées, vomissements, diarrhée, constipation

Troubles hépatobiliaires

Rares:

hépatite

Affections de la peau et des tissus sous-cutanés

Rares:

réactions d'hypersensibilité telles que démangeaisons, bouffées de chaleur, éruptions cutanées

Très rare:

alopécie. Les bêta-bloquants peuvent provoquer ou aggraver le psoriasis ou provoquer une éruption cutanée ressemblant au psoriasis.

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Peu fréquent:

faiblesse musculaire, crampes musculaires

Troubles de l'appareil reproducteur et des seins

Rares:

troubles de la puissance

Troubles généraux

Fréquents:

asthénie, fatigue

Investigations

Rares:

augmentation des triglycérides, augmentation des enzymes hépatiques (ALAT, ASAT)

Reporting of suspected adverse reactions

Reporting suspected adverse reactions after authorisation of the medicinal product is important. It allows continued monitoring of the benefit/risk balance of the medicinal product. Healthcare professionals are asked to report any suspected adverse reactions via the Yellow Card Scheme at: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Overdose

Symptoms

The most common signs expected with overdose of a beta-blocker are bradycardia, hypotension, bronchospasm, acute cardiac insufficiency and hypoglycaemia. There is limited experience with overdose of bisoprolol, only a few cases of overdose with bisoprolol have been reported. Bradycardia and/or hypotension were noted. All patients recovered. There is a wide inter-individual variation in sensitivity to one single high dose of bisoprolol and patients with heart failure are probably very sensitive.

Management

In general, if overdose occurs, discontinuation of bisoprolol treatment and supportive and symptomatic treatment is recommended.

Based on the expected pharmacologic actions and recommendations for other beta-blockers, the following general measures may be considered when clinically warranted.

Bradycardia: Administer intravenous atropine. If the response is inadequate, isoprenaline or another agent with positive chronotropic properties may be given cautiously. Under some circumstances, transvenous pacemaker insertion may be necessary.

Hypotension: Intravenous fluids and vasopressors should be administered. Intravenous glucagons may be useful.

AV block (second or third degree): Patients should be carefully monitored and treated with isoprenaline infusion or temporary pacing.

Acute worsening of heart failure: Administer i.v. diuretics, inotropic agents, vasodilating agents.

Bronchospasm: Administer bronchodilator therapy such as isoprenaline, beta2-sympathomimetic drugs and/or aminophylline.

Hypoglycaemia:Administer i.v.-glucose.

Limited data suggest that bisoprolol is hardly dialysable.

5. Pharmacological properties
5.1 Pharmacodynamic properties

Pharmacotherapeutic group: Beta-blocking agents, selective

ATC code: C07AB07

Bisoprolol is a highly beta1-selective-adrenoceptor blocking agent, lacking intrinsic stimulating and relevant membrane stabilising activity. It only shows low affinity to the beta2-receptor of the smooth muscles of bronchi and vessels as well as to the beta2-receptors concerned with metabolic regulation. Therefore, bisoprolol is generally not to be expected to influence the airway resistance and beta2-mediated metabolic effects. Its beta1-selectivity extends beyond the therapeutic dose range.

In total 2647 patients were included in the CIBIS II trial. 83% (n = 2202) were in NYHA class III and 17% (n = 445) were in NYHA class IV. They had stable symptomatic systolic heart failure (ejection fraction <35%, based on echocardiography). Total mortality was reduced from 17.3% to 11.8% (relative reduction 34%). A decrease in sudden death (3.6% vs 6.3%, relative reduction 44%) and a reduced number of heart failure episodes requiring hospital admission (12% vs 17.6%, relative reduction 36%) was observed. Finally, a significant improvement of the functional status according to NYHA classification has been shown. During the initiation and titration of bisoprolol hospital admission due to bradycardia (0.53%), hypotension (0.23%), and acute decompensation (4.97%) were observed, but they were not more frequent than in the placebo-group (0%, 0.3% and 6.74%). The numbers of fatal and disabling strokes during the total study period were 20 in the bisoprolol group and 15 in the placebo group.

The CIBIS III trial investigated 1010 patients aged ≥65 years with mild to moderate chronic heart failure (CHF;NYHA class II or III) and left ventricular ejection fraction ≤35%, who had not been treated previously with ACE inhibitors, beta-blocking agents, or angiotensin receptor blockers. Patients were treated with a combination of bisoprolol and enalapril for 6 to 24 months after an initial 6 months treatment with either bisoprolol or enalapril.

There was a trend toward higher frequency of chronic heart failure worsening when bisoprolol was used as the initial 6 months treatment. Non inferiority of bisoprolol-first versus enalapril-first treatment was not proven in the per-protocol analysis, although the two strategies for initiation of CHF treatment showed a similar rate of the primary combined endpoint death and hospitalization at study end (32.4% in the bisoprolol-first group vs. 33.1% in the enalapril-first group, per-protocol population). The study shows that bisoprolol can also be used in elderly chronic heart failure patients with mild to moderate disease.

Le bisoprolol est également utilisé dans le traitement de l'hypertension et de l'angine de poitrine.

Lors d'une administration aiguë chez les patients coronariens sans insuffisance cardiaque chronique, le bisoprolol réduit le rythme cardiaque, le volume systolique et donc le débit cardiaque. Consommation d'oxygène. En cas d'administration chronique, la résistance périphérique initialement élevée diminue.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Le bisoprolol est absorbé et présente une disponibilité biologique d'environ 90% après administration orale. La liaison du bisoprolol aux protéines plasmatiques est d’environ 30%. Le volume de distribution est de 3,5 l / kg. La clairance totale est d’environ 15 l / h.

La demi-vie dans le plasma, de 10 à 12 heures, produit un effet de 24 heures après une administration une fois par jour.

Le bisoprolol est excrété de l'organisme par deux voies; 50% sont métabolisés par le foie en métabolites inactifs, qui sont ensuite excrétés par les reins. Les 50% restants sont excrétés par les reins sous une forme non métabolisée. Étant donné que l'élimination a lieu dans les mêmes reins et le foie, un ajustement de la posologie n'est pas nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique ou une insuffisance rénale. La pharmacocinétique chez les patients présentant une insuffisance cardiaque chronique stable et une insuffisance hépatique ou rénale n'a pas été étudiée.

La cinétique du bisoprolol est linéaire et indépendante de l'âge.

Chez les patients insuffisants cardiaques chroniques (stade NYHA III), les concentrations plasmatiques de bisoprolol sont supérieures et la demi-vie prolongée. par rapport aux volontaires en bonne santé. La concentration plasmatique maximale à l'état d'équilibre est de 64 ± 21 ng / ml à une dose quotidienne de 10 mg et la demi-vie de 17 ± 5 heures.

5.3 Données de sécurité précliniques

Non Les données cliniques ne révèlent pas de risque particulier chez l'homme, d'après les études conventionnelles sur la pharmacologie de sécurité, la toxicité à doses répétées, la génotoxicité ou la cancérogénicité. Comme les autres bêta-bloquants, le bisoprolol a provoqué une toxicité maternelle (ingestion de nourriture et perte de poids) et embryo / fœtale (augmentation de l'incidence des résorptions, réduction du poids à la naissance de la progéniture, retard du développement physique) à des doses élevées, sans être tératogène. | || 642

6. Pharmaceutical particulars
6.1 Liste des excipients

Lactose monohydraté

Cellulose, microcristalline E460

Stéarate de magnésium E572

Crospovidone (Type B) E1201

6.2 Incompatibilités

Non applicable.

6.3 Durée de vie

3 ans

6.4 Special precautions for storage

Ne pas conserver à une température supérieure à 30 ° C.

6.5 Nature et contenu de l'emballage extérieur

Blisters comprenant de l'UPVC / PVdC / Aluminium. contenu dans un carton imprimé.

Emballage: 10, 14, 20, 28, 30, 50, 56, 60, 90 et 100 comprimés. Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d'élimination et manipulation

Pas d'exigences particulières d'élimination.

7. Titulaire de l'autorisation de mise sur le marché

Actavis Group PTC ehf.

Reykjavíkurvegi 76-78,

220 Hafnarfjörõur

Islande

8. Marketing authorisation number(s)

PL 30306/0308

9. Date de première autorisation / renouvellement de l'autorisation

15/09/2010

31/05/2014

10. Date de révision du texte

12/11/2013

11 Dosimétrie

SI APPLICABLE

12 Instructions pour la préparation de radiopharmaceutiques | || 698

IF APPLICABLE